Aller au contenu principal
Soutenir le Pastoralisme et l'Agriculture
durant les Crises Récurrentes et Prolongées
Reportages

Travailler ensemble pour améliorer la connaissance et la programmation du pastoralisme et de l’agriculture dans les états affectes par les conflits

Le Directeur général de SPARC, Mark Redwood, partage la vision qui anime le consortium SPARC (soutenir le pastoralisme et l’agriculture lors des crises récurrentes et prolongées).

Éditeur SPARC

D’ici 2030, plus de 9 milliards de personnes auront besoin d’aliments nutritifs produits de manière durable. Le pastoralisme, qui est le principal moyen de subsistance d’environ 50 millions de personnes en Afrique et au Moyen-Orient, est un élément essentiel de notre sécurité alimentaire future. C’est non seulement une manière effective de transformer les protéines non-comestibles en nourriture nutritionnelle pour nous tous, les bénéfices environnementaux d’un pastoralisme durable comprennent la préservation de la fertilité du sol et du carbone, ainsi que la conservation de la biodiversité. Mais le conflit s’est emparé de beaucoup de zones du continent, et les défis que cela entraine pour les agriculteurs et les éleveurs et pour le développement sont graves : c’est une menace pour leurs moyens de subsistance, et par extension pour la sécurité alimentaire.

La recherche limitée dans les zones affectées par les conflits

Dans beaucoup de communautés affectées par les conflits, les pastoralistes et les agriculteurs sédentaires sont forcés de rivaliser pour accéder aux ressources en diminution, telles que l’eau, et les terres pour les pâturages. Les programmes sociaux sont faibles ou non-existants, et le travail difficile à trouver pour diversifier leurs revenus. Des décades d’excellents travaux sur l’agriculture et le pastoralisme ont été menés et nous comprenons mieux que jamais le développement aujourd’hui. Mais il y a eu peu de recherche dans les zones de conflit où des millions vivent dans l’insécurité alimentaire et les idées véritablement innovantes et intéressantes ainsi que les exemples de réussite n’ont jamais été menés à grande échelle.

Le programme Soutenir le Pastoralisme et l'Agriculture dans les Crises Récurrentes et Prolongées (SPARC) est né de notre désir de situer le savoir existant sur le pastoralisme et l’agriculture dans les états affectés par le conflit afin d’améliorer l’assistance humanitaire, d’éviter les crises avant qu’elles ne surviennent, et de fournir des praticiens avec la vision et les outils nécessaires pour améliorer l’efficacité du développement

Nous avons toujours beaucoup de leçons à tirer pour faire face à ces défis : la programmation se passe souvent dans un cloisonnement organisationnel ; la protection sociale et le soutien pour les agriculteurs et les pastoralistes sont encore limités et/ou avec un taux d’échecs élevé ; et il reste beaucoup de lacunes dans notre compréhension sur comment anticiper et prévenir les crises au lieu de récupérer les morceaux après coup.

En quoi SPARC est différent

Dans le cadre de SPARC, nous ferons les choses différemment, en :

  • Travaillant en partenariat avec des collègues au sein du gouvernement du Royaume Uni et d’autres partenaires du secteur du développement pour intégrer des éléments disparates issus de ministères et d’organisations, afin de raffiner et promouvoir les leçons clé et les opportunités ;

  • Collectant, évaluant et présentant des connaissances existantes pour identifier les lacunes et améliorer le savoir pour différents groupes de parties prenantes et d’acteurs ; 

  • Impliquant les acteurs dans les contextes les plus difficiles et exigeants : les états qui sont ou qui émergent de crises prolongées et complexes telles que la guerre, la famine et la sècheresse ;

  • Prenant en compte et approfondissant notre compréhension de l’innovation : pourquoi de bonnes idées réussissent dans un lieu, mais ne peuvent être à plus grande échelle ? Qu’est-ce qui marche, où et pourquoi ? 

Le pastoralisme, l’agro-pastoralisme et l’agriculture représentent des opportunités immenses que nous nous efforcerons de mettre en évidence et promouvoir. Et surtout le potentiel remarquable que le pastoralisme représente pour la promotion de solutions fondées sur la nature telles que la gestion durable des terres, ou comment la transformation digitale, accélérée actuellement par l’épidémie du Covid, peut contribuer au développement de marchés en soutenant des revenus et des futurs meilleurs pour des millions d’éleveurs et d’agriculteurs. 

Les tensions et les arbitrages dans le développement

A SPARC, nous explorerons et nourrirons également un débat ouvert sur les tensions et les arbitrages inhérents au développement. Présenter ces défis, avec les informations  associées, est essentiel si nous voulons dépasser ces obstacles et soutenir des millions de personnes dans l’amélioration de leurs vies.

Nous vous invitons à nous rejoindre dans cette démarche. SPARC a pour but de mettre en œuvre des partenariats avec des organisations expertes dans ce domaine, et nous sommes d’ores et déjà en contact avec des agences de financement clé pour mieux comprendre ce qui marche, ce qui ne marche pas, et comment SPARC peut aider. Dans les cinq prochaines années, nous allons mener des études pour répondre aux besoins clé et aider à faire face à la gamme de défis auxquels des millions de personnes doivent faire face dans les pays affectés par les crises.

 

Suivez-nous sur @SPARC_Ideas et @waterandclimate

 

 

 

Voir les commentaires, et participer à la discussion 0 commentaires

Pour laisser un commentaire connectez-vous ou inscrivez-vous