Aller au contenu principal
Soutenir le Pastoralisme et l'Agriculture
durant les Crises Récurrentes et Prolongées
Reportages

Soutenir les communautés et les économies des zones arides: les causes d'inquiétude et les lueurs d'espoir

Découvrir des opportunités et défis auxquels SPARC devra faire face lors de notre soutien aux communautés et aux économies des zones arides.

Éditeur SPARC

L'écologie et les ressources naturelles – comprenant la terre, l'eau, le bétail, la faune et la flore – ainsi que leur mode de gestion varient considérablement d'une région aride à l'autre en Afrique et au Proche-Orient. Les communautés et les économies de ces régions restent en première ligne face aux conséquences du changement climatique, des conflits armés, des épidémies de parasites et de maladies.

Le programme SPARC se concentre sur la manière dont les interventions de développement peuvent être plus efficaces pour aider les gens à échapper à des crises prolongées et récurrentes. Pour cette raison et pour mettre ces sociétés sur la voie d'un développement plus durable, nous allons étudier comment ces défis sont liés, comment les communautés y font déjà face et quelles pourraient être les formes de soutien les plus utiles.

Les causes d’inquiétude

Certaines des principales difficultés auxquelles font face les communautés des terres arides d’Afrique et du Proche Orient sont :

  • Changement d'utilisation des terres : les pressions démographiques, notamment l'extension des champs de culture dans les zones de pâturage, ont conduit les pasteurs transhumants du Sahel à se déplacer plus au sud. La pression démographique a également entraîné la déforestation, et la concurrence accrue pour les ressources naturelles - en particulier la terre et l'eau - est à l'origine de conflits entre agriculteurs et éleveurs dans les zones arides d'Afrique.

  • Le changement climatique : la variabilité du climat est une caractéristique naturelle des zones arides africaines. Mais de nombreuses communautés sont aujourd'hui confrontées à une hausse des températures. Certaines régions sahéliennes, comme le Sénégal et le Niger, connaissent plus souvent des journées chaudes ou des vagues de chaleur, et le changement climatique devrait continuer à augmenter la fréquence et l'intensité des événements de chaleur extrême. Les économies et les communautés des zones arides seront durement touchées – ce qui aura un impact sur la disponibilité de l'eau déjà limitée, et pourrait nuire aux espèces végétales et animales. Bien que le rôle du changement climatique dans l'évolution des précipitations soit moins clair, toute modification des précipitations aura un impact sur la productivité des pâturages et sur l'écologie des zones arides.

  • Changer l'utilisation des terres : le changement d'utilisation des terres, en particulier l'expansion des cultures dans les zones de pâturage et les couloirs de circulation du bétail utilisés par les troupeaux transhumants, limite les endroits où les éleveurs du Sahel peuvent déplacer leur bétail. En Afrique de l'Est, la fragmentation des terres - causée par la privatisation de la propriété des pâturages - limite les endroits où les éleveurs peuvent faire paître leur bétail, un changement d'utilisation des terres qui a également eu un impact négatif sur la faune sauvage. Au Sahel, l'insécurité croissante due aux conflits armés a également limité les routes que les éleveurs peuvent emprunter.

Lueurs d’espoir

La bonne nouvelle est que les communautés ont d’ores et déjà de nombreuses stratégies d’adaptation. De plus, les changements de gouvernance offrent la possibilité d’améliorer la santé et le bien-être des personnes ainsi que de la nature :

  • Être agile – s'adapter : les éleveurs des zones arides africaines diversifient leurs moyens de subsistance face à la sécheresse et à la perte de bétail et de troupeaux qui en résulte. Les communautés ont adopté l’agriculture de petite échelle lorsque de l'eau est disponible ; le commerce du bétail, des produits agricoles et des biens de consommation ; le travail dans les services publics et à la migration vers les villes d'où ils envoient des revenus sous forme de transferts de fonds.

  • Gestion des ressources naturelles : les communautés du Sahel ont été habilitées à gérer leurs ressources naturelles grâce à des réformes de décentralisation. Ces réformes ont conduit au développement d'institutions et de conventions locales qui régissent la gestion des ressources naturelles au sein de la communauté. Au Kenya, des organismes de conservation ont aidé les communautés pastorales à bénéficier financièrement du tourisme en payant les communautés pour gérer les terres destinées à la faune sauvage et aux touristes, une stratégie qui signifie également que les animaux sauvages ont accès aux pâturages et à l'eau.

  • Innovation : grâce aux progrès de la technologie des satellites, nous disposons désormais de meilleurs moyens et outils pour identifier et suivre la végétation naturelle, notamment la télédétection par satellite – qui a permis aux scientifiques de cartographier les conditions des pâturages sur de vastes zones et de surveiller la sécheresse.

  • Le sol et l'eau : les communautés des zones arides exploitent également des stratégies de conservation du sol et de l'eau, y compris des pratiques indigènes comme le système "zai" qui consiste à creuser des fosses pour capter l'eau et concentrer le compost, ce qui apporte un réel changement positif aux défis posés par la mauvaise fertilité des sols et les pénuries d'eau dans le Sahel ouest-africain.

Ces façons de s'adapter et d'innover nous donnent de l'espoir pour l'avenir. Les chercheurs du SPARC travaillent déjà en étroite collaboration avec les communautés et les organisations locales. Nous allons les contacter pour en savoir plus sur les bonnes pratiques. Et nous nous efforcerons de fournir aux donateurs et aux programmes qui cherchent à soutenir les régions et les économies des zones arides de meilleures connaissances sur la manière de mettre en œuvre des stratégies durables et efficaces.

 

Suivez-nous : @SPARC_Ideas

 

Voir les commentaires, et participer à la discussion 0 commentaires

Pour laisser un commentaire connectez-vous ou inscrivez-vous

Questionnaire pour les utilisateurs

SPARC souhaite mieux comprendre qui accède aux recherches sur notre site web, comment elles sont utilisées et comment nous pouvons les améliorer. Les informations que nous recueillons ici ne sont utilisées qu'à des fins de monitoring et d'évaluation internes.

Les questions avec un * sont obligatoires.
Profession/poste
Les informations contenues sur ce site sont-elles utiles à votre travail?
Les informations contenues sur ce site sont-elles compréhensibles?
Allez-vous utiliser ces informations dans votre travail?
Quel type d'information avez-vous consulté sur ce site?